Une aventure sur la Vélodyssée partie 2 : le départ

sur la Vélodyssée

L’aventure et les peurs

« Je pars à l’aventure, je laisse tout derrière moi, même si ici tout me fait peur, je pars, soyez en sûres, cette fois même si, ici tout me retiens, même si dehors, tout me fait peur, je pars à l’aventure »
Me chanter cette chanson de Nach en boucle pour arriver à partir. Penser positif, enfin essayer.
Samedi 29 août, 8h30, mal au ventre de stress , des cernes jusqu’aux joues, je me demande surtout pourquoi je m’inflige ça !
C’est la peur qui parle : celle d’oublier quelque chose, de se retrouver seule, d’aller vers l’Autre, de pédaler aussi chargée sur une longue distance, de me perdre, de ne pas y arriver et de décevoir.

Cécilia

Problème de confiance dira-t-on ? Si peu. J’ai encore du travail à faire sur moi. Et malgré ces sentiments négatifs, l’excitation de l’aventure est bien présente, j’ai hâte d’en découdre, de me lancer, justement pour traverser ces peurs, avancer. Et me prouver que j’en suis capable.
Quelques déconvenues d’avant départ testeront mes limites, j’ai envie de baisser les bras mais je résiste. J’y vais, l’objectif en tête. Merci aux amis et proches présents dans ces moments, vous me portez.

Semaine 1 : La Bretagne à vélo, au pays du sourire

Lundi 31 août : après un week-end chouchouté par mon amie Marie -Laure, c’est le grand jour. Les larmes montent. je me dépêche de dire au revoir et enfourche mon vélo direction Morlaix pour la pause du midi. Bon, c’était sans compter un coup de fil 15 minutes plus tard et un petit détour de dernière minute pour me rapporter un détail : ma gourde !

La traversée de la Bretagne fut une première pour moi. J’étais en terres inconnues et j’ai vite compris que ce ne serait pas le plus facile. Les premiers jours furent éprouvants. Le moral était très bon mais mon corps fatigué par le poids à porter. Surtout dans les nombreuses côtes et faux plat du début de parcours. J’ai puisé dans mes ressources et attendu le jour de repos qui m’attendait chez une amie.

Entre Paimboeuf et St Brévin, petits chemins très praticables

Je n’ai jamais été aussi contente de la voir  et je repars ressourcée.
Des voies vertes en pleine forêt , le canal de Nantes à Brest qui fleurit au fur et à mesure des écluses. J’avale les kilomètres sur ces jolies portions ensoleillées …et un magnifique bronzage cycliste en perfectionnement !
Il y en a eu des sourires et des « Bonjoouuur ! » qui ont ponctué mes étapes ! Ça aide pour les faux plats ou le vent de face. Je me remémore ces visages et augmente la puissance des coups de pédales.
Palme d’or aux bretons pour votre accueil si bienveillant et vos encouragements .

Bon sang, ça fait du bien !
L’arrivée à Nantes marque la fin de cette première semaine et le début d’une portion océanique , la machine est relancée ! Les plages, me voilà !

Semaine 2 : En route pour l’océan

Sur les routes de pays de Loire et de Vendée, je file. Mes cuisses commencent à s’habituer aux côtes, je les avale avec plus de facilités. Je connais une grosse partie de l’itinéraire, déjà testé l’été dernier entre copines. Je sais à quoi m’attendre et ce que je ne vais pas aimer : les marais et le vent de face !

St Gilles Croix de vie

La route pour l’océan est longue et l’arrivée à Paimboeuf arrive à point. Les rencontres entre cyclos sont enrichissantes et pleines de hasard. Je retrouve des personnes originaires de ma région à plusieurs centaines de kilomètres de là : le monde est petit.

Jolis Marais avant les Sables d’Olonne

Pédaler au son des vagues m’avait manqué. Lorsque certaines portions dans les terres sont longues , je pense à l’océan et aux couleurs du soleil couchant.
Celui de Noirmoutier fut magnifique. Il m’a apporté la touche positive après une journée vélo éprouvante avec un vent de face tout du long ! J’en profite pour prendre un temps lecture sur la plage avant l’enchaînement des collectes à venir. Je sais que j’aurais peu de temps à moi.

Coucher de soleil à Noirmoutier

Cela s’est avérée vrai. A peine le temps de visiter, les collectes et les kilomètres s’enchaînent. Mais la cause est belle et les trajets sont riches de rencontres. Les proches commencent à arriver : mes parents, mon binôme sacré de copines puis bientôt ma collègue. Je vais avoir de la compagnie, pas le temps de s’ennuyer !

>> Lisez l’article sur la préparation du voyage de Cécilia

Les Warmshower du cœur

Depuis le début de l’aventure, je me suis essentiellement logée via la plateforme warmshower. Un accueil de cyclovoyageurs gratuit chez l’habitant. Rencontres éclectiques mais toutes aussi belles les unes que les autres. Et avec pour point commun l’amour de la nature et du voyage à vélo .

Aux Sables

Je passe d’une ambiance à une autre et j’avoue que je les aime toutes :

  • Soirée posée chez Christophe qui embrasse la nature au milieu de nulle part .
  • Chez Thierry et Michelle, discussions philosophiques autour d’un bon repas avec Roxana, Warmshoweuse invitée le même soir. Cours de yoga à la rosée du matin.
  • Dans la coloc du Bonheur de Laura, Hoenig et Youenn, les rires et les
    anecdotes ont rythmé la soirée. Tout comme chez Coralie et Hugo,
    cyclovoyageurs en tandem.
  • Rendez vous en terres inconnues dans la yourte de Carole et Nathan à refaire le monde ou chez Benoit et Yaume dans leur tipi !
  • Ambiance familiale et discussions écolo chez Danielle et Éric que je retrouve avec grand plaisir pour la deuxième année consécutive.
    Merci à eux pour leur accueil incroyable en toute simplicité. Pour les indécis , foncez, vous en ressortirez grandit !

Merci également à Lucie, Laurent et Martine qui m’ont prêté des maisons le long de ce tronçon de la Vélodyssée. Merci aussi à Amandine pour m’avoir chouchouté !
3 campings de Roscoff à La Rochelle seulement, ma tente n’est pas prête de s’user !

La météo et le revêtement sur la Vélodyssée

Autant les journées vélo peuvent être un régal, autant cela peut devenir cauchemardesque lorsque les planètes ne sont pas alignées !
Trop chaud, trop froid, trop humide : la météo a une sacré emprise sur le moral du cyclovoyageur. Il faut dire que de ce côté-là je suis chanceuse ! Le dieu de la météo est avec moi ! Quelques rares gouttelettes ont fait leur apparition mais le soleil a dominé cette partie nord de la Vélodyssee pour mon plus grand bonheur !

Vous souhaitez vibrer ? Pas besoin d’aller bien loin. Enfourchez votre vélo sur la vélodyssée et vous aurez une diversification de revêtements gratuit pour vos avant bras ! Du pavé au chemin forestier ou sableux, du bitume lisse à celui déformé par les racines ou parsemé par le manille, les chemins troués des marais, le choix est large !

Super pistes roulantes sur certains tronçons du canal de Nantes à Brest. Attention néanmoins entre Peillac et Blain où le terrain est assez accidenté par endroit. La chute dans le canal est vite arrivée !

L’itinéraire entre Aiguillon sur Mer et La Rochelle est le pire que j’ai pu emprunter jusqu’à présent. Chemin de Manilles caillouteux au milieu des marais, en plein vent et couvert de trous. La journée fut longue ! Les pistes entre Noirmoutier et les sables d’Olonne sont par contre un vrai régal. Au frais, dans la forêt ou sur la corniche , avec de la relance et un revêtement parfait !

Sur la Vélodyssée, en repartant des Sables d’Olonne

Certains paysages valent le coup comme l’arrivée à Morlaix, Josselin, Brem sur Mer, Pornic.
Le long de la Vélodyssée, d’autres sont en routes partagées ou au bord de voies passantes. C’est le cas aux abords de Nantes, Rochefort, Noirmoutier ou Paimboeuf. A vous de choisir un itinéraire bis lorsque la situation le permet !

Les collectes sur les plages : moments de partage sur la Vélodyssée

Les collectes se suivent et ne se ressemblent pas !
La météo a été encore une fois avec moi pour chaque date mais le nombre de personnes a varié.
En fonction de la communication faite en amont et le jour choisi, les collectes ont plus ou moins de succès. J’ai pu tiré leçon de certaines situations si je veux réitérer le projet à l’avenir. Si la presse, la mairie et l’antenne locale de Surf rider est présente à mes côtés , toutes les conditions seront réunies pour une bonne collecte.

Initiatives océanes

Ce fut le cas à St Hilaire de Riez où une quarantaine de personnes s’est joint à nous samedi 12 septembre au matin.
A contrario, lorsque les collectes se déroulent un mercredi et sans communication ni de l’antenne ni de la mairie, mon appel à participer n’a que peu de poids. A Saint Brévin, nous étions 5. Ca tombe bien, la plage était exceptionnellement propre, nous n’avions pas beaucoup de travail.
D’autres collectes sont en demi teintes mais tout aussi satisfaisante.

La collecte de Roscoff fut la première, nous étions une petite dizaine sur une plage peu salie. Mais les rencontres et les connaissances apprises auprès des habitués m’ont donné l’assurance nécessaire pour la suite.
Ravie d’avoir réussi à solliciter 25 personnes aux Sables d’Olonne en étant seule aux commandes ou d’avoir démarché sur place une dizaine de participants à Aytré avec la présence de l’antenne.

Surfrider

Merci à Elodie, Pierre, Alexandre, Marie, Léa, Jacques et Mélanie des antennes locales du Finistère, de Vendée et de La Rochelle pour leur disponibilité en amont et le jour J. Merci de votre soutien et de vos encouragements si bienveillants.
J’ai ce sentiment de plénitude lorsque j’entreprends ces actions, comme si j’étais au bon endroit au bon moment. Cela me conforte à continuer cette sensibilisation qui me tient à cœur.

La suite au prochain épisode 😉

4 Replies to “Une aventure sur la Vélodyssée partie 2 : le départ”

  1. […] et fin du périple de Cécilia sur la Vélodyssée. Un récit de joie, de partages, d’émotions et de rencontres exceptionnels le temps […]

  2. Merci pour ton vélodyssée qui me donne l’envie de voir ce qui est derrière la plateforme pour être accueillie et dormir le long de tes étapes et qui sait, …. me lancer aussi un jour dans une vélodyssée.

    Mes peurs : ne pas savoir réparer le vélo, si crevaison…

    1. Merci ! Regardez auprès des ateliers participatifs dans les villes à côté de chez vous, ils vous aident à vous entrainer à reparer votre vélo. Je me faisais toute une montagne de la crevaison et finalement ça se fait bien 🙂

Laisser un commentaire