Déconfinement : 4 bonnes raisons de faire du vélo

déconfinement vélo

Alors que le vélo était encore boudé par les français avant le confinement, le covid-19 pourrait tout changer. Le gouvernement vient d’annoncer un “plan vélo” pour favoriser l’utilisation de votre bicyclette comme moyen de transport. A l’heure du déconfinement, on entend parler de réparateurs submergés de travail et de l’augmentation exponentielle des ventes de vélo ! 

Le succès de la petite reine devient mondial à notre plus grande joie et cela pour de bonnes raisons

Une opportunité unique pour le vélo

Nous vivons une période sans précédent faite de moments difficiles mais aussi de prises de conscience et de remises en question. L’usage du vélo s’est largement intensifié pendant le confinement. En ville, certains ont découvert le côté pratique et ludique du vélo alors qu’ils n’auraient pas tenté l’aventure en temps normal. Quel intérêt de se serrer dans les transports en commun lorsqu’on peut profiter de la liberté de rouler ? 

A Paris, les réparateurs peinent à suivre le rythme. Même si les magasins de cycles ont essayé d’anticiper la demande, cela n’a pas suffit ! Vous devrez faire la queue si vous souhaitez faire réparer la bicyclette.  Au-delà de ce soudain engouement pour le vélo, les magasins de cycles notent également une nette augmentation des ventes qui a commencé en 2019. Avec le confinement les demandes sont devenues exponentielles pour certaines enseignes connues. 

>> Lire aussi : 7 façons de s’évader pendant le confinement

Le vélo va t-il devenir le moyen de transport privilégié des français ? 

Parce que le vélo n’est pas seulement un loisir, il s’agit aussi d’un moyen de transport. Le vélotaf, l’usage du vélo au quotidien est une alternative innovante et une bonne résolution.

Respect des gestes barrières

La Colombie fut la pionnière dans la mise en place des pistes cyclables pendant le confinement suivie par d’autres pays. A Bogota, il n’a fallu qu’une nuit pour aménager les couloirs de bus en pistes cyclables à l’aide de plots. On les appelle les coronapistes. Ce sont des aménagements cyclables temporaires qui sont apparus dans de nombreuses villes à travers le monde pendant la pandémie. Les Etats-Unis, l’Australie, le Canada et l’Allemagne ont rapidement improvisé des pistes à travers les villes

L’utilisation du vélo s’est révélé très utile pour le respect des gestes barrières.

Tout est dit. La pratique du vélo permet de réduire les risques de contamination et de respecter la distanciation sociale. De plus, cela soulage les transports publics. L’ensemble des acteurs vélo se sont unis pour passer le message et encourager chacun à sortir la bicyclette. 

C’est bien joli tout ça mais est-ce que tous ces efforts vont perdurer dans le temps ? Pour ça il faut que les aménagements cyclables temporaires deviennent des aménagements durables. Et si c’était possible ?

Un plan gouvernemental en faveur du vélo

Le mercredi 29 avril, le ministère de la transition écologique et solidaire a annoncé un plan gouvernemental de 20 millions d’euros pour encourager la pratique du vélo au déconfinement.

Le saviez-vous ?  60% des trajets quotidiens effectués en France seraient de moins de 5 km. Ce qui représente un temps de trajet d’à peine 30 minutes. 

Le plan gouvernemental propose : 

  • Un forfait de 50 euros pour remettre votre vélo en état au sein d’un réseau de réparateurs référencés par la FUB. 
  • Un financement de formations pour devenir un cycliste aguerri.
  • Dans le secteur privé : accélération de l’instauration du forfait mobilité durable jusqu’à 400 euros.
  • La création de places de stationnement temporaires.

Est-ce que cela sera suffisant pour que les français laissent la voiture au garage et se mettent à pédaler ?

La mise en oeuvre d’une politique cyclable cohérente pourrait permettre un nouvel équilibre de l’espace public. Le vélo associe l’utile à l’agréable puisque c’est à la fois un moyen de transport et un loisir. Qu’en est-il du tourisme pour cet été ? Le voyage à vélo en France pourrait bien être votre alternative estivale. 

Pédaler c’est bon pour la santé

La pratique du vélo offre une activité physique régulière et renforce le système immunitaire. Il s’agit également d’une activité peu coûteuse. Certaines études ont démontré que des automobilistes qui se sont mis au vélo, se considèrent comme en meilleur santé après un an de pratique régulière.

Le vélo fait travailler : 

  • le coeur
  • les muscles 
  • votre capacité respiratoire 

Et puis choisir le vélo c’est aussi prendre le temps, du temps pour soi ou à partager avec ses proches. Sentir l’air sur notre peau, dans nos cheveux, admirer le paysage et profiter d’un moment de liberté. Faire du vélo vous permet de vous recentrer sur vous-même et de vous ressourcer. C’est pourquoi il est surtout reconnu comme loisir.

Suite à la pandémie, de nombreux français ont tiré un trait sur leurs vacances estivales, pourtant le vélo est une parfaite alternative. C’est le moyen de retrouver peu à peu cette sensation de liberté qui nous a manqué pendant le confinement. Partir en vacances à vélo vous invite à vous reconnecter à la nature et la découvrir d’une autre manière sur les nombreuses véloroutes et voies vertes de France

>> Préparer son voyage à vélo avec Bicybags

Et vous quelle est votre bonne raison de faire du vélo ? Pensez-vous que cette période offre une opportunité à la petite reine de se faire une vraie place à la fois comme moyen de transport et comme loisir ? 

L’avenir nous le dira. En attendant, nous pouvons agir à notre échelle pour notre santé, pour notre planète et pour notre liberté en pédalant plus régulièrement. 

Laisser un commentaire