Tout savoir sur la conception d’un véloguide

conception véloguide

Au catalogue des Éditions Ouest-France, éditeur français incontournable des guides vélo, quarante titres tissent un maillage de plus de 8000 km de voies cyclables sur l’ensemble du territoire. C’est grâce à l’intérêt de Michel Bonduelle, journaliste et ancien rédacteur du magazine Vital puis de Détours en France, que les Éditions se sont intéressées aux voies vertes. Elles ont lancé en 2003 un premier titre : La France des voies vertes.

Véritable booster du phénomène des voies vertes, ce premier titre a encouragé la sortie de bien d’autres. La Loire à vélo est notamment une référence pour plus de 40000 utilisateurs ! Mais comment ces véloguides s’élaborent-ils ?

Edition 2020 du guide Ouest France sur la Loire à vélo

Un véloguide, au moins un an de travail

Chaque année les Éditions Ouest-France publient au minimum deux nouveautés et proposent plusieurs rééditions : « Toutes font systématiquement l’objet de réactualisations. Que ce soit au niveau des aménagements, même minimes, sur le parcours que des informations pratiques. Ceci, toujours sous l’expertise des organisations touristiques, comme les comités départementaux ou régionaux du tourisme et autres services dédiés au développement du vélo en région » comme le précise Hervé Chirault (HC), responsable du secteur tourisme aux Éditions Ouest-France et du développement de la collection « vélo ».

Michel Bonduelle©

« Nous programmons les rééditions en février et en avril. Concernant les nouveautés, elles sont généralement prévues en février pour assurer leur présentation aux premiers salons touristiques de mars. » poursuit-il.

Afin de respecter le calendrier, il faut bien compter une année pour concevoir un véloguide. L’idée naît d’échanges entre les auteurs « vélo » récurrents dont Michel Bonduelle, Monsieur « Voies vertes », Nicolas Moreau-Delacquis et le responsable « Tourisme vélo », H. Chirault.

>> Retrouvez l’article de Nicolas Moreau-Delacquis sur la Véloroute du Rhin

Après une étude précise reposant sur plusieurs critères stratégiques, le projet est soumis à un comité de lecture. La direction générale, le directeur commercial, la responsable de communication, le responsable de fabrication, des éditeurs en font partie. Il s’agit pour le responsable du secteur « Tourisme » de présenter les atouts du projet. Par exemple, un nouvel itinéraire plébiscité lors des présentations presse, un rattachement du parcours à une EuroVéloroute, un accompagnement ou non par les acteurs locaux. Ainsi que de déterminer les caractéristiques techniques et pratiques (pagination, prix, date de parution plus pertinente…).

Une fois le projet validé et inséré dans le programme éditorial, l’auteur reçoit un contrat qui l’engage à rendre les éléments de l’ouvrage à une date précise. On lui précise le nombre de signes et de photos requis pour le véloguide. « Une fois, le contrat signé, j’établis avec l’auteur un rétroplanning qui permet de reprendre les grandes étapes de réalisation du véloguide et notamment la date de remise des éléments pour lancer la maquette » (HC).

Des repérages terrain au premier jeu de maquette

Généralement, l’auteur d’un véloguide attend les beaux jours de printemps pour prendre la route et commencer ses repérages. Au préalable, il aura préparé son voyage en prenant rendez-vous avec les partenaires touristiques locaux et réservé les lieux d’hébergement, en privilégiant bien entendu les « Accueils Vélo ». Si certaines structures hôtelières n’ont pas le label, cela lui permet de tester des adresses et de trouver ainsi des alternatives sur le parcours.

Michel Bonduelle©

Une fois sur la route, les auteurs se mettent dans les conditions des utilisateurs du véloguide. Ce sont principalement des familles ou plus largement des adeptes du « slow tourisme ». Ils ne cherchent pas les records, mais préfèrent éprouver l’itinéraire et proposent parfois des variantes si le parcours officiel n’est pas prêt avant publication. Et pour satisfaire la curiosité patrimoniale des cyclistes, les auteurs vont également visiter des sites touristiques. Ils font ensuite l’objet d’un encadré dans le livre permettant à chacun de se cultiver entre deux coups de pédale.

En fonction des parcours, d’un maximum de 800 kilomètres pour les 144 pages habituelles, les auteurs reviennent de leur pérégrination, parfois chargés d’une documentation touristique abondante récupérée dans les bureaux touristiques. C’est un moment crucial et quelquefois difficile pour eux. Ils sont souvent fatigués et surtout privés des grands espaces de liberté cyclables. Ils doivent pourtant se mettre sans attendre au classement des informations collectées, à la gestion des notes prises aussi bien pour la rédaction du texte que pour la préparation des brouillons de cartes.

La cartographie

« Une fois ces étapes préparatoires terminées, ils commencent par des propositions de découpage en déterminant le nombre de cartes par étape. Ils sélectionnent les villes de départ et d’arrivée, en imaginant des escapades pertinentes à partir du parcours officiel. Ils sélectionnent ensuite les sites touristiques pour les encadrés. Après les ajustements, nous lançons la production des cartes et les auteurs peuvent commencer l’écriture des différentes étapes. Ils mettent environ trois mois pour la rédaction » (HC).

Les premiers éléments parviennent à l’éditeur fin septembre, environ cinq mois avant la publication du véloguide. Tout d’abord, les brouillons des cartes des différentes étapes voire des escapades transmis par l’auteur sont envoyés à un cartographe. Celui-ci va effectuer un premier travail de transcription. Une fois ce travail terminé, les cartes font l’objet d’une relecture par l’auteur, l’éditeur et les acteurs terrain. L’assistante éditoriale se charge de rassembler les corrections et de les transmettre au cartographe. Parallèlement, l’auteur et l’éditeur se rencontrent pour la sélection des photos illustrant l’ouvrage dans le respect de la charte de la collection. L’ensemble sera remis au studio « maquette » des Éditions après :

  • validation du texte de 140 000 signes environ relu par un correcteur professionnel
  • choix des photos prises généralement par l’auteur lui-même

Le studio fera une première proposition de mise en page deux à trois semaines après. 

Début du compte à rebours

« Comme dans une course cycliste, chaque coup de pédale compte pour franchir la ligne d’arrivée dans le temps que le sportif s’est fixé. Lorsque je reçois le premier jeu d’épreuves, je vérifie en priorité l’enchaînement des cartes, le positionnement des textes et des photos. Très rapidement, je demande à la maquette un second jeu corrigé… » (HC).

Entre les premiers éléments pris en charge par l’éditeur et le second jeu de la maquette pour l’auteur, il s’est bien écoulé un mois. Chaque jour compte pour avancer sur le véloguide et le finaliser. L’éditeur doit attendre de l’auteur les corrections des épreuves et parfois satisfaire les nombreuses demandes des partenaires. Tous doivent répondre dans un délai de deux semaines pour ne pas retarder l’impression.

Michel Bonduelle©

« Plus les partenaires sont nombreux, plus les corrections sont parfois difficiles à obtenir et à centraliser. Une de nos dernières nouveautés vélo s’appuyait sur l’expertise d’au moins vingt entités touristiques. Il fallait non seulement gérer les ajustements dans les textes, mais aussi toutes les informations pratiques. Certains sites n’ayant pas obtenu le label « Accueil Vélo » devaient notamment être remplacés par d’autres. Je préfère donner des délais corrects, car je peux comprendre que nous ne sommes pas prioritaires pour certains organismes de tourisme. Les premières inquiétudes passées, nous arrivons à rassembler toutes les corrections pour finaliser le tout. »

La conception définitive d’un véloguide

Comme le précise Hervé Chirault, il arrive que le projet fasse l’objet de plusieurs jeux d’épreuves avant le « Bon à tirer » du contenu de l’ouvrage, parfois jusqu’à cinq. Une fois que l’intérieur semble calé et que l’ensemble des partenaires donne son approbation pour impression, la couverture du véloguide peut être lancée. Même si le choix de la photographie de « une » a déjà été arrêté lors du référencement commercial du livre, il faut régler cette dernière étape : la conception définitive de la « première » et de la « quatrième » de couverture.

Véloguide 2020 sur la Méditerranée à vélo

Et en moins d’une semaine tout est réglé et les fichiers numériques peuvent enfin partir à l’impression ! Pour une question de façonnage, il faudra attendre trois mois pour une entrée dans les stocks du distributeur du livre.

« Après une vingtaine d’années dans l’édition, c’est toujours le même bonheur fébrile de recevoir une nouveauté. Une fois publié, l’ouvrage ne nous appartient plus, il est livré au jugement de son lecteur et, pour un véloguide, à l’expérience de son utilisateur ! Heureusement, les retours positifs restent les plus nombreux » conclut Hervé Chirault.

>> Retrouvez tous les véloguides Ouest France sur Cartovelo

One Reply to “Tout savoir sur la conception d’un véloguide”

  1. Bravo et félicitations aux auteurs, rédacteurs et autres « petites main » qui nous permettent de savourer tranquillement et sereinement les joies du voyage à vélo !

Laisser un commentaire