La Via de la Plata à vélo

via de la plata espagne

La Via de la Plata et son héritage romain

Anciennement, la Via de la Plata fut voie romaine, puis draille de transhumance et, depuis le 19e siècle, chemin de pèlerinage.
Loin de la foule, cette voie offre presque 1000 km de paysages souvent isolés, et toujours exceptionnels, comme les pâturages andalous, les steppes castillanes et les montagnes galiciennes.
La Via de la Plata traverse la péninsule ibérique du sud au nord. Bien qu’elle tire son nom de l’arabe B´lata (chaussée pavée), ce sont les romains qui l’ont défini au IIe s. av. J.-C. sous le nom d’Iter ab Emerita Asturicam (chemin de Mérida à Astorga). et l’ont doté d’infrastructures et d’une chaussée compacte et lisse, idéal pour découvrir la région à vélo.

Via de la Plata

L’arc de Cáparra |étape 7

Outre les célèbres ruines d’Italica (étape 1) et d’Emerita Augusta (Mérida actuelle, étape 4), capitale de la Lusitanie, la Via de la Plata présente un large éventail de vestiges mineurs que le pédalage quotidien vous révélera grâce au guide BICI:MAP de Petirrojo Ediciones.
Solitaire au milieu de nulle part, l’arc tétrapylon de Caparra se lève en une vision presque irréelle. Ce type de constructions particulières marquait le carrefour de deux voies principales. Celui de Caparra est le seul d’Espagne à avoir atteint nos jours presque intacte. La ville romaine qui a fini par s’étendre sur 16 hectares, nous a également légué un amphithéâtre et deux temples. Le centre d’interprétation, construit à l’entrée des ruines, nous raconte tout cela.

arc de cappara Espagne
L’Arc de Càppara

L’aqueduc des Miracles | étape 4

À la sortie de Mérida et sur le lit de la rivière Albarregas, se dresse l’aqueduc des Miracles de 792 mètres de long. Il fut construit pour alimenter en eau la ville d’Emerita Augusta, depuis le réservoir de Proserpine. Il fut érigé au 1er siècle et se trouve dans un bon état de conservation, d’où son nom ! Avec ses 50 piliers encore debout, les habitants de Mérida le considère comme un phénomène miraculeux.

aqueduc des miracles, via de la plata
Aqueduc des Miracles

La chaussée | étape 8

À l’époque romaine, environ 10 000 kilomètres de voies ont été construits dans la péninsule ibérique. L’étendue et le pavage de ces artères constituaient une garantie pour les voyageurs, à tel point qu’à la chute de l’empire, les Wisigoths, les musulmans et les hispano-chrétiens les gardèrent en service. Aujourd’hui, la majeure partie du tracé repose sous l’asphalte des routes et ses pierres de taille ont terminé dans les murs de bâtiments plus modernes.
Toutefois, il reste encore des vestiges de ces travaux d’ingénierie piétinés pendant des siècles par les légions romaines et marchands postérieurs. Par exemple, à la sortie de Baños de Montemayor, un peu plus d’un kilomètre de l’ancienne chaussée a été restaurée. cela nous permet de profiter encore de son parfait tracé.

La chaussée, via de la plata Espagne
La chaussée

Les ponts | étape 5

Pour s’affranchir de l’orographie, les Romains ont construit quelques 2000 ponts dans leur empire, des ouvrages d’ingénierie incroyablement fonctionnels et bien souvent esthétiques. Pour la construction, l’arc semi-circulaire étrusque a été copié et perfectionné. Des fondations, des contreforts et un centrage parfait permettaient un parfait équilibre des forces et du poids des pierres sèches qui le constituaient. Le savoir-faire était tel que certains ponts de grandes proportions, tels ceux de Mérida ou de Salamanque ont pu défier le temps. Ainsi que bon nombre d’autres beaucoup plus humbles, comme celui à l’entrée des Casas de Don Antonio ou celui de Santiago, avant Aldea del Cano.

via de la plata Espagne
Les Ponts, Via de la Plata

Les bornes milliaires | étape 6

Parmi la longue liste d’éléments qui équipaient les routes figuraient les bornes milliaires ou simplement milliaires, des cylindres de pierre taillée placés tous les 1000 pas romains (entre 1468 et 1480 m). Il s’agit d’une sorte de bornes kilométriques actuelles. Le long du parcours, beaucoup apparaissent renversés ou attachés aux clôtures. Après Casar de Cáceres, gît un dépôt inhabituel au milieu de l’arène granitique.

via de la plata Espagne
Bornes militaires, Via de la Plata
Via de la Plata vélo
Via de la Plata Espagne

Les eaux thermales | étape 8

Les sources d’eau chaude étaient très prisées des Romains. Les eaux sulfureuses de Baños de Montemayor, qui émergent à 40ºC, ne sont bien sûr pas passées inaperçues et étaient très fréquentées par les habitants de Caparra. Et sous le centre d’hydrothérapie actuel, les vestiges des sources originelles sont encore visibles. Onze stèles dédiées aux nymphes protectrices de la fontaine y sont exposées.

eaux thermales, via de la plata
Eaux thermales

La Via de la Plata se situe en plein coeur de l’Espagne continentale, son parcours est multiforme. Il s’agit surtout d’une ancienne voie romaine mais c’est également un chemin de St Jacques de Compostelle : le Chemin Mozarabe. 

Le saviez-vous ? 

La Via de la Plata est une partie de l’itinéraire de l’Eurovelo 1 qui commence au Portugal au Cap Saint Vincent pour se terminer en Norvège au cap Nord ! 

Vous souhaitez découvrir la Via de la Plata lors de votre prochain voyage à vélo

>> La Via de la Plata, de Séville à St Jacques de Compostelle

Laisser un commentaire